Din l’même corps.

I s’appelle Virgile. Ch’est l’dernier d’dix. Chés geins i n’étouèt’nt point mionnaires. O n’minjoué point d’bifteck tous les jours. Souvint, pour souper, i partajouèt’nt ech keudron ed pométerres avu ch’cochon qui graissouèt’nt pour fouère la soupe et avouère ed l’interlardé. A mideu ch’principal ed leu noriture ch’étoué enn’ chique ed pain deussé. I buvouèt’nt ed ieu ou bien du babure. Din l’temps, avu un parel régime o crévoué pouétrinaire avant vingt ans ou o passoué quatre-vingts.

Virgile il o t’neu l’ceup. Naturel’min i n’o jamoué té à l’école. A l’âge ouqu’chés gosses d’achteure i z’appren’nt BA – BE – BI – BO – BU, li i gardoué chés vaques. Et quand o pinsez à mette el vote in sixième, sin père il l’o meu drière un brabant. K’min qu’il o apprin à lire, à écrire, à compter, personne n’in sait rien. Toujours est’y qu’i sait. Et i sait couère bien des coses ek granmin d’bacheliers i n’sav’nt point.

Combien qui ien o d’vous z’eutes capabes ed prenne la parole in public ? Point biékeu, n’est point ? Eh bien, leu, i foué un discours à ch’monumin aux morts l’jour ed l’armistice sans papier din s’main.

Car Virgile est Ancien Combattant.

K’min qu’il n’el l’éroué point té !

Et din l’infant’reu couère. Comme tous chés minabes, din chés tranchées du prémier jour à l’Armistice. Malheureu’smin il o apprin à bouère du pinard comme bien d’eutes qui n’in buvouèt’nt point avant. Et i n’o jamoué peu sé n’in déshabituer. Ch’qui foué qui n’o jamoué resté pu d’quinze jours in plache.

Enn’ foué, il o rincontré Sidoneu. I s’sont pleu. I s’sont mariés et i sont intrés mon ch’maire ed Villancourt, li comme ouré, elle comme vatchère. Pindant tchéque temps Virgile o ieu l’air d’avouère akaté enn’ conduite. Seul’min voilà : Sidoneu n’étoué point mal fouète, et al avoué du vice. Ch’patron étoué laid comme les sept péchés capitaux, mais il étoué su ses us et ch’étoué un vrai botchin. I z’ont ieu vite foué d’s’intenne.

Un jour Virgile i rinte l’grange pour prenne enn’ djerbée. I z’étouèt’nt lo anichés din ch’feurre. Virgile il o foué ch’constat par li-même.

Alors ch’mariage il o té défoué. L’fanme a s’est rinallée mon s’mère ou qu’al o continué à fouère la veue. Pu tard al o foué l’trottouère à Pareu pour finir s’carrière à l’hôpital. Virgile est resté in plache comme si rien n’étoué arrivé.

« Ien n’o, qui m’o deu, qui s’rouèt’nt fouteu l’camp. Nan. Point si bête. J’ai frémé m’bouque et j’n’ai point cassé la dgueulle à min patron. Mais j’ai des droués sur leu, et quand i feut qué j’la rouve, eh bien, j’la rouve ! T’nez : Enn’ foué j’avoué té toucher m’pinsion et j’sus r’v’neu huit jours après. Legros avoué l’air dé n’avouère deux. J’ai tout d’suite veu qu’il alloué dire des conn’reux. Alors j’y ai copé la chique tout d’suite. »

« Gaston, qu’j’ai deu, souviens-té qu’o z’avons tiré al milice insanne. Et surtout n’oubli jamoué qu’o z’avons serveu din l’même corps ! »

Il o fouteu l’camps in quatrième vitesse comme un péteux !

Ech marister ed Rustoville.