Lire et condjuguer.

Ch’étoué l’jour d’el leçon d’granmaire, din enn’ école tchèque part in France. O n’étoué in train d’apprenne ech veurbe : être.

Quand o n’est arrivé à ch’ prémier passé du conditionnel, tchiou Luc Lonzou i récite :

« J’aurais été, tu aurais été, il aurait été… »

Seul’min, comme ech marister i disoué tout l’temps qui feut fouère des liaisons, i récitoué :

« J’aurais z’été, tu aurais z’été, il aurait tété… »

« Halte ! Qui creue ch’ mouette. Répète. »

L’eute i r’kminche : « Il aurait tété. »

« Crétin ! Qui dit Môsieu. Ch’est chés jonnes qui tét’nt leu mère. O n’condjugue point ch’ veurbe être comme ech veurbe téter. Tu n’compraro donc jamoué qui io des liaisons qui feut fouère et d’zeutes qui n’feut point fouère ? »

D’pu ch’temps lo tchiou Luc il est complét’min perdeu. Quand i voué au bout d’un mou un - t - ou bien un – s -, i s’arrête ed lire pace qui n’sait jamoué si doué louéyer ou bien n’point louéyer.

Même ek tchéque foué i met enn’ liaison ouêche qu n’ien n’o point. Et comme i saucisse un molé in parlant pace qu’il est bréque dints, i vous sort des phrases comme el l’ol :

« Il était t’occu pé t’à chier du bois. »

***

Enn’ eute jour, ch’étoué l’leçon d’lecture à l’Cité Scolaire in 5ème. O v’noué d’lire un passage d’un écrivain du temps passé, un tchiou courteu qu’o appeloué Rabelais. O savez pétette qu’ech type lo il avoué un votchabulaire tout à fait kouéseu. Pire ek Lafleur. Din ch’morcieu qu’o n’avoué leu i iavoué granmin d’veurbes. Et, din chés veurbes i iavoué : émécher.

El leçon fineu, ch’ professeur qu’étoué (à défeut d’eute !) un marister ertraité, il attaque el conjudgaison. I s’agissoué d’chés veurbes d’ech prémier groupe. Ch’t’honme il explique ch’veurbe : chanter. (Ch’est ch’ti lo qui sert ed modèle din tous chés granmaires, o n’o jamoué seu porquoué.) Après, i prin un par un tous chés veurbes d’el lecture et s’aïeuves i n’in conjug’nt un chatchun leu tour.

Quand cho té à Philippe Katzius, o n’arrivoué à ch’veurbe : émécher.

Et, l’vlo in route.

Présent : J’émèche, tu émèches…

Imparfait : J’émèchais, tu émèchais, il émèchait, nous émèchions, vous émèchiez…

Alors i part d’un fou rire, et tous s’z’eutes auseu… et pi ch’marister auseu.

Quand i z’ont ieu r’prin leu sérieux, ch’t’honme i dit : « I n’io point d’quoué rigoler. Ch’est français. O r’bérez din ch’Larousse. Et pi, attindez d’être in prémière, chés grands écrivains i vous n’ n’apprindrons bien d’eutes ! »

Ech marister ed Rustoville.