Diu et Dessaint.

Saulnières, comme chatchun sait, est un tchiou chef-iu d’canton à mitan k’min inter Treu-sur-Treu et Villers-aux-Canards. I iavoué lo, pour aidier ch’dohéyen, un tout jonne vitchaire nouvel’min installé qui s’apploué Dessaint.

In face d’el l’église iavoué ch’pu grand café d’ech pat’lin, avu comme inseigne « Café International » qu’étoué t’neu par un nonmé Diu. Ch’Diu lo ch’étoué ch’maire, et, contrair’min à ch’quo porouète crouèe, i n’crouéyouai ni à Diu ni à Diabe et n’mettoué jamùoué l’pied din l’mouézon d’in face. Feu dire ek Dessaint n’alloué jamoué chez Diu.

Au bout d’el reue d’Grandcamps restoué un type point ordinaire comme o n’in vouai un d’timps in timps din n’importe qué pouéï. Il avoué des mains comme des battouères, un minton in galoche, enn’ bouque findeue jusqu’à ses érelles.

Sin nom : Lechante. Sin surnom : Pernod. Sin métier : né rien fouère ed ses dix doués. Ch’est d’leu qué s’mère al dizoué : « Si n’n’attrape deux ch’est qui s’ront collés insanne ! ». In pus ed cho il aimoué bouère un ceup.

A ch’t’heure qu’o z’avez bien intré cho din vous caboche, j’vo vous conter ch’qu’est arrivé un lundeu au matin.

Môsieu l’vitchaire étoué un tchuré dévou. Cha s’vouai tchéque foué. Non contint d’vir din l’l’église chés gosses, chés vielles files et enn’ vingtaine ed fanmes, i prétindoué i vir tous chés honmes.

Pou k’mincher, Pernod i s’étoué laissié fouère pace que chés sœurs à l’hospice i iavouèt’nt promeu d’rhabiller ses files pour Pâques. Li pi s’fanme i z’ont té à l’messe sept diminches d’affilée. Après, comme Pâques étoué passé, Titine a iavoué té tout seule. Comme Môsieu Dessaint n’avoué point ses ius din s’poche il l’avoué à l’ail, et il attindoué d’rincontrer ch’l’absint pour li dire, ch’qu’il avoué à li dire. Cho té long pace que, chaque foué qu’Pernod vouéyoué l’eute arriver i s’infitchoué n’importé ouèche pour n’point l’rincontrer. I s’sroué meu din un treu d’souéreue.

Ch’vitchaire i s’décide à aller à s’mouézon.i n’iétoué point. I dit à Titine : « Ch’est égal, vous honme i n’o point granmin d’erconnaissance. D’pu qu’vous troués jonnes i z’ont des rhabillures neuves, j’n’el voué pu jamoué à l’messe. Fouètes du bien à un beudet i vous rindro un pet. J’compte sur vous pour el l’écaniller un molé. »

L’fanme à n’savoué quoué réponde, malgré qu’ch’étoué enn’ écalette. A li dit : « Ch’est vrai ch’quo dites-lo, Môssieu l’tchuré, mais ch’est d’el feute d’esh cochon d’maire. Vous o z’avez rhabillé s’z’éfants, mais leu il o promeu à Lechante d’nous fouère avouère du pain d’ech Bureau si n’vo pu à l’église. »

« O n’vit point vu des pronmesses, qui répond l’eute. O savez bien qué ch’maire ch’est enn’ vielle fichelle. El conmune a n’o point l’sou, ni ch’Bureau non pu. Si o vous donne tchéque cose cha n’s’ro point grou. Pétette un pain pa s’maine. Parlez d’enn’pronne ! Dites à vous honme qu’si vu r’v’nir à l’messe j’li f’rai avouère deux pains pi d’el viande, d’quoué vous norir tous les cinq. »

Quand Pernod il est rintré, Titine a li dit : « Parlons peu, parlons bien. T’es un sans tcheur. Ch’t’honme i nous foué du bien et tu laisses tchère. Tout cho pour des pronmesses. Tu t’laisses intortiller pa ch’maire qui s’fout point mal ed nous, et pi si tés éfants i crêv’nt ed faim cha s’ro bien d’ette feute. »

Lechante i n’répond point, mais l’diminche d’après i z’in vo à l’messe. Cho duré un moué ou deux. Et pi, un bieu jour, i dit : « lara , jé n’voudrouai point point ête ed brouille avuc teu, mais j’n’irai pu al l’église. D’abord cha n’o jamoué té min goût. Et pi, des bieux-bieux pou s’z’éfants, du pain, d’el viande, ch’est bien pour vous eutes, mais i n’io rien pour meu. Si seul’min rin tchuré i pouéyoué l’apéro après l’messe à Kanj’roué pétette. »

« Nin vlo couère d’un eute, répond Titine.Avuc cho qu’tu t’prives d’aller bouère in sortant, espèce ed ferlapeux. Tu t’fidgure ek je n’el sais point qu’to té sévré avu un souéret ! »

« Nom du zo, qui dit Pernod, pisqué t’es si maleinne j’vo t’apprenne tchéque cose ek tu n’sais point couère : Quand j’vo bouère après l’messe, ch’maire i m’foué pouéyér. Mais quand j’y vo pindant l’messe, ch’est li qui pouai. »

« Foué à t’n’idée ; Meu, j’aime miu avouère affouère à Diu qu’à Dessaint. »

Ech marister ed Rustoville.