El pouère ed drops.

I avoué déjo longtemps qu’chés geins d’Miserville i s’posouèt’nt chatchun a part leu enn’ tchestion qui n’avoué point couère ieu d’réponse. Qués rapports qui i avoué inte Julien Lobscur, un tchultivateur veuf sans éfants et pi Anna Czerska es bonne yougoslave.

Couchouèt’nt ti ou n’couchouèt’nt ti point insanne ?

I en avoué qui pinsouèt’nt ek oueu, et ien avoué d’zeutes qui pinsouèt’nt ek nan.

Cheux qui disouèt’nt ek nan avouèt’nt toutes sortes ed bouennes raisons.
Julien étoué un homme tout à foué bien, sérieux, conseyer municipal, plein d’sous et tout et tout. I n’avoué jamoué foué parler d’leu. Et in’avoué point loin d’souéxante-dix ans.
Anna étoué laide comme un pou, sale comme un peigne. Al sintoué l’cabreu. Al avoué l’même âge et al romionnoué tout l’temps après leu.

Cheux qui disouèt’nt ek oueu avouèt’nt des raisons tout aussi bouennes.
I n’feut point s’fier à l’ieu qui dort. I o des honmes qui sont pu vert à souéxante-dix qué d’zeutes à quarante. I n’io point qu’des bieux qui s’tiennent à la colle. Si Anna avoué ses érelles décollées et ses dints qui sortouèt’nt dé s’bouque cha n’sé vouéyoué point par nueue. Din l’jour o pouvoué toujours li mette es tête din un sac. Et pi des yougoslaves o savez !

Ed chés troués chint Miservilloués, ch’ti qu’étoué l’pus acharné à savouère, ch’étoué tchiou Loueu Luloué, tchiou bonhomme, sans cavieux, in même temps garde-champêtre, cantonnier, chante, sonneu, fossouéyeu, ch’qui n’est point rare du tout din chés tchious villages et tchurieux comme un pet. Ses fonctions li permétouèt’nt d’aller chez Lobscur quasimin tous les jours, à n’importe qué heure pour des papiers.

Cha l’turlupinoué et i s’étoué bien promeu d’tirer l’l’affouère lo au clair.

Un après-mideu d’été, alors qui v’noué pour enn’ signature su enn vinte ed foin, i n’treuve ni Julien, ni Anna. I foué l’tour d’el cour, pi d’el mouézon. Comme el porte a n’étoué point frémée i rinte, sueu ch’collidor, et in passant d’vant l’chambre d’el servante i voué qué l’porte al est intr’ouverte. I tape – O n’répond point. I risque un eul – Personne. Mais posée sur ch’bout d’ech leut enn’ pouère ed drops bien plouéyée qu’attindoué d’ête ringée din ch’l’armouèle.

Tchiou Loueu i r’père bien l’plache exacte et i s’in vo, in pinsant : Edmain j’sérai quoué !

Et l’lind’main, fin d’bonne heure, Julien étant parteu détenne ses cordées à andguilles et Anna à l’basse-messe, ch’brigand i r’vient, sin vo tout droué à l’chambe d’el fanme, rouve el porte sans s’fouère ed bile et constate qué l’pouère ed drops al est couère su ch’leut à l’même plache.

Comme i sortoué, j’m’in alloué prenne ech train à Meulinville. Comme ech sais qu’chés gardes i n’ont point l’habitude d’ekmincher leu jornée si tou, j’y dis :

« D’où qu’tu r’viens déjo ? A ch’t’heure chi ?

Alors i s’met à rigoler comme un bochu. Comme o z’étouènes fin copains, i m’raconte es n’histouère. Et pour finir i m’deu :
« Comme i n’ont qu’deux leuts, i feut bien qui z’éch’nt couché insanne ».
« Surtout n’el dites point à personne ! Jé n’vodroué point qu’o, r’tchèche su m’langue ».

J’y ai promeu d’la boucler. Et j’ai t’neu m’promesse.

Mais, comme i o d’cho pu d’ vingt ans, qu’Julien il est mort, Anna auseu et pi ch’garde hier, an'hui cha n’o pu d’importance.

O povez l’savouère tertous.

L’réponse al tchestion, ch’étoué :

« OUEU ».

Ech marister ed Rustoville.