Ch’cabreu d’Catherine.

Du temps d’el drôle ed dguerre, a n’étoué point rigolo tous les jours pour chés geins d’la ville, côté boustifaille. I z’avouét’nt des cartes ed carbon, d’savlon, ed bure, ed bidoche, ed chuke pi d’café, et pi couère ed z’eutes.

Pou ch’pain, cha povoué aller pace que chés citadins i n’n’ont point b’soin d’granmin. Avu enn’ badguette par jour io d’quoué fouère pour troués. I ien no qui font d’asez avu enn’fichelle.

L’pire ch’étoué l’viande. Heureus’min in pus ed chés vrais titchets i iavoué chés feux, et chés poueïsans i z’étouèt’nt moins durs qu’o l’deu.
Din tout chés tchious pat’lins o vouéyoué des crève-la-faim débartcher tous les jours v’nant tchèque foué d’dix ius ou pus, cartchés comme des beudets avu des moncheux d’musettes et d’valises.

Tchièche qui n’avoué point r’treuvé un cousin d’loin à Nayuville ou enn’ tante à s’belle-mère à Castel-sur-Butte ? O n’laise mi mouérir un tchien, à pu forte raison enn’geins.

Ch’est porquoué qu’Norbert, ch’maréchau d’Tourbières, i ravitailloué Catherine toutes les s’manes. Ch’étoué l’fanme d’un jindarme ed Treu-sur-Treus. I z’étouèt’nt un molé pareins du côté d’ech défunt grand’père d’el tante d’ech t’honme d’es nieuche, qu’étoué ch’frère d’el tayonne d’ech père ed Catherine. Du moins, ch’est comme cho qu’il explitchoué l’ l’affouère, et, si o n’comprindez point bien, n’vous in fouète point pour cho, pace que meu j’n’ai jamoué rien comprin non pu à l’pareinté lo.

Un jour au matin, in portant à minger à ses bétels, Norbert i treuve sin tchiou cabreu blanc rétindeu au mitan d’el l’étabe. Il étoué tout gonflé.

« J’éroué deu m’in douter, qui s’dit. D’pu tchèque temps j’noreu trou fort mes bêtes. I z’ont trou d’verdure. Ch’est d’em feute. Ch’est dommage ! Un si bieu cabreu ! Couère bien qu’jé n’n’ai un eute ! »

Ch’ maréchau i prin ch’défunt par ses pattes ed drière, i l’sort d’es n’étabe et i sin vo pour el l’infouir au bout d’sin gardin.

Quand ch’treu il o té foué, i r’bé ch’cabreu et i pinse : « Ch’est égal ! Ch’est tout d’même enn’ perte ! »

D’un keu, i s’avise qui poroué pétette essayer d’venne el pieu. Alors i r’vient sur ses paus, i pins ch’cabreu à un grou cleu qu’étoué planté din ch’mur. I radguise sin coutieu su ch’preu d’el porte et i k’minche à dépieuter ch’mort. Et pi il vide.

I n’iavoué point chinq minutes qu’il avoué fineu ek tchécun rinte sans pu d’manière.

Ch’étoué Catherine.

« Ah ! té vlo, qui dit Norbert. Tu voué, ch’t’attindouè. Tchèque cose i m’disoué qu’t’alloué v’nir an’hui. J’viens d’tuer min cabreu pour teu.
Bê s’il est bieu ! ».

Ech marister ed Rustoville.