Auto-stop.

Môsieu Lacroix, ch’tchuré d’Saint-Chose étoué un original fineu. Comme i n’io rien din chés Command’mins d’ech Bon Diu pi d’el l’Eglise qui défind d’ête sale, il étoué toujours crapé avec enn’tignasse comme d’in l’temps un nommé Absalon, et enn’soutane davant 70 pu verte ek nouère. Feut dire qui restoué tout seul pace qui n’avoué jamoué peu s’arringer pu d’huit jours avu enn’ servante.

Comme il étoué viu comme Hérode, ch’l’évêque i s’est décidé un jour à l’fouère aidier par un vitchaire d’ech chef-iu d’arrondis’mint. I n’avoué point grand cose à fouère avant, i n’n’a couère ieu moins après. Alors il o ieu la bougeotte. I n’sé passouè point deux jours sans qu’o l’vouéche étampeu in bordure d’el route in train d’gestitchuler sitou qu’enn’ auto al arrivoué. In voyant un viu tchuré, io granmin d’conducteurs qui s’arrétouêtent. Alors i s’in alloué avec eux fouère es tchiote vadrouille n’importe ouèche. Au souère i trovoué toujours mouéyen dé s’fouère ram’ner pa l’même ou par un eute.

Enn’ foué, il étoué à sin poste, planté comme un pitchet, attindant enn’occasion pour aller s’balader. Vlo qu’arrive enn’belle bagnole.

A ch’volant i iavoué un kaufeu avu enn’ livrée comme din la haute, et, par drière, un borjoué tout inmitouflé. Môsieu Lacroix i ieuve sin bâton, l’Versailles à s’arrête, l’porte à s’ouve et i monte.
« Ouéche qu’o z’allez Môsieu l’tchuré ? » qui d’mande ech t’homme.
« A n’o mi d’importance, qui répond – j’irai ouéche qu’o m’conduirez ».

L’eute i foué seigne à ch’kaufeu qui foué d’mi-tour, prind ch’kmin d’Saint-chose et ramène Môsieu Lacroix à sin presbytère. Alors i r’bê miu ch’patron et i r’conoué Monseigneur.

Tchéques jours pu tard il o té ap’lé à l’évêché et o d’vinez qui n’n’o intindeu pour ses quate sous.

Enn’eute foué, tchiou Ganne, ech marchand d’bou d’Malinville (ch’ti qu’est grou comme in chint d’deus et qui féme comme un garde) i s’in n’alloué à Anmiens. A ch’croués’min d’el route 247 et d’ech k’min d’Porville i voué d’loin un tchuré qu’o l’air d’attenne. « Zut, qui pinse, vlo ch’tchuré d’Saint-Chose ? ». Ch’est dire qui n’avoué intindeu parler et qu’il éroué miu aimé n’point l’vir. L’eute i ieuve sin bros comme un sémaphore. Tchiou Ganne i s’arrête, pace que, vouéyons, un viu prête… Pourtant i n’toué point du tout à sé n’n’imbarracher jusqu’à Anmiens. Alors, il abouesse el glache et i dit :
« Môsieu l’tchuré j’min vo à Porville ».
« Cha tombe tout à foué bien, qui répond Môsieu Lacroix, meu auseu i feut qu’ji vouéche ».

Quoué qu’o z’érouéte foué ?
Tchiou Ganne il inrajoué, mais, comme i n’voloué point avouère l’air d’un minteu, il o prind à drouette au liu d’continuer tout droué et il o condueu ch’tchuré à Porville où qui n’avouèt’nt rien à fouère ni l’un ni l’eute.

O crouéyez pétette qui n’no té tchite comme cho ?
Eh bien, nan. Quand ch’viu brigand il o té déchindeu il o deu : « N’vous gènez point pour meu, tchiou Ganne, j’ai l’temps. Fouètes ch’quo z’ètes v’neu fouère. J’vous attendrai pour qu’o m’ram’nèche su l’ceup d’six heures ».

Comme i n’étoué couère qu’onze heures, ch’marchand d’bou il o attendeu qu’l’eute il ait torné ch’tchuin d’el maireue et il o filé dare-dare à Anmiens. Au souère il est r’v’neu cartcher Môsieu Lacroix pou l’ram’ner ouèche qu’il l’avoué prind. O n’o jamoué seu ouéche qu’il avoué té traîner ses dguettes, mais il étoué beudlé jusqu’au mitan d’sin dou, à crouère qu’il étoué tcheu din l’badrouille et i toussoué comme din enn’tonne.

Arrivé à ch’croués’min, Môsieu l’tchuré i dit : « D’un ceup o n’vouéro pu d’broque in zius. J’ai peur dé m’fouère écrabouillé par un avule. Pindant qu’o z’iête o n’vodrouète point m’raconduire à mouézon ? ».

Tchiou Ganne i n’o point osé dire nan, mais d’pu ch’jour-lo, quand i voué tchdcun lui fouère seigne, tchuré ou point tchuré,
i dit : « Tchiou, r’bé m’n’eul ! ».

Et il appueu su ch’l’accélérateur.

Ech marister ed Rustoville.