A quoi qu'cha tient dé foué.

I n’iavoué point couère un an qui z’étouét’nt est mariés qui z’étouét’nt déjo d’brouille. I o d’cho pu d’vingt ans.

« Tchièche ? » qu’o direz.

Et ben, Bébert pi Caroline.

«  A keuse ? » qu’o d’mandez

Cho, ch’est un s’cret !

Mais j’vo vous l’dire tout d’même pisqué jé n’pu rien t’nir su m’langue.

Bébert, sin père il étoué colonel. Leu, ch’étoué un crétin. Popint tchestion d’rapport inter un colon et un crétin. N’mé fouéte surtout point dire ek tous chés crétins sont d’z’éfants d’officiers, d’abord pace que jé n’tiens point à avouère ed z’histouères avu l’Armée, et pi pace que cha n’est point vrai. Ien n’o ieu, ien n’o et ien n’éro bien d’eutes ek Bébert qu’ont té, qui sont ou qui s’ront l’un ou l’eute ou même l’un pi l’eute. Nous ancêtres inconeus sont responsabes  dé ch’qu’o sonmes. Ni vous, ni meu, ni Bébert n’y povons rien.

Caroline, sin père il étoué laboureu. Un laboureu qui n’pouéyoué point d’mine mais qu’avoué des sous. Comme al étoué file unique al avoué d’z’espérances : fermes, mouézons, chint jorneux d’terre et des millions. C’pindant al avoué couéffé Saint Cath’rine pace qué malgré qu’al avoué roulé tout partout d’in l’espouère ed dénicher un marieu et malgré d’z’anonches din des jornals ed Pareu pi d’ailleurs, personne n’in voloué.

Nan ! Point même ed z’ouvriers d’ech pat’lin.

I d’voué iavouère enn’ raison.

In vérité ch’no mi té un mariage, mais un arring’min d’tchurés pi d’notaires comme pour biéceup d’geins bien. Cha n’o point té por faciliter ch’divorce quant il o faleu y arriver. Pace qu’il o faleu. I paroué qu’a z’y juait dés tours et qu’li il avoué enn’ caboche ed cochon et enn’ langue impouézonnée.

I n’n’avouèt’nt plein l’dou l’un d’l’eute.

Un souère, qu’o n’vouéyoué d’broque in zius, Bébert fouteu dehors d’es mouézon par ech pied bien ferré d’sin bieu père, sin est r’torné chez papa Colon comme il étoué v’neu avu s’valise.

L’lind’main Caroline est parteue à sin tour pour essayer d’erfouère es veue ailleurs.

Tchièche qu’il l’o ieu à l’ail ? Cheux qui z’avouèt’nt foué ch’mariage pardi ! Et i z’ont foué du tchu pi d’la tête pour arrinjer cho. Io ieu d’interveues, des parlotes, des vouéyages. S’z’autos roulérent. Ch’douéyen s’est déplaché in personne. Tant et tant qu’un jour Caroline, qu’étoué in Normandeue, al o décroché ch’téléphone, al o app’lé s’n’honme al cabine et a io proposé un rindez-vous à Rouen. Ch’malhéreux, tout saiseu, et pétette bien aise dé s’ramisser il o tout d’suite dit oueu.

Or, ch’téléphone o tchéque foué des siffl’mins, des gargouill’mins, des broueuts d’toute sorte. Et j’viens d’vous dire ek Bébert étoué tout drôle d’erchuvouère enn’ parelle proposition. Cha explique qué l’lind’main il est parteu pour Roye à bicyclette.

Toute enn’ sainte jornée il o attindeu qué s’fanme al arrive à ch’Café du Progrès, attablé d’vant un tchiou pou. Comme i n’avoué point tout d’patièche qu’ech type d’el canchon, i s’est rinallé avant qui fouèche nueue.

Pindant ch’temps lo Caroline al étoué installée su ch’tchquai d’la Seine à ch’Café du Progrès. Al o restée lo jusqu’à ch’dernier train, pi al est r’parteue in meudissant s’n’abruteu d’honme, tandis qu’li étoué convaintchu qué l’gourgandine lo à s’étoué fouteue d’leu.

A ch’t’heure o comprindrez porquoué qu’malgré toutes chés manigances ed chés tchurés, Bébert pi Caroline i s’sont divorcés.

Si jamoué o vous trouvez din enn’ parelle situation j’vous conseille d’ép’ler ROUEN ; R comme Rosa, O comme Odile, U comme Ugène, E comme Eulalie, N comme Natole.

Ech marister ed Rustoville.